Pourquoi avoir un logo ? Combien cela coûte ?

Article n°11, octobre 2022

Pourquoi avoir un logo ? Combien cela coûte ?

Un logo est un logo, n’est-ce pas ?

Eh bien, pas exactement.

Un logotype est plus qu’un simple mot symbole, c’est le fondement de ta marque visuelle. C’est l’élément clé qui relie tous tes autres éléments de marque, de ton site Web à tes cartes de visite en passant par ta signalisation.

La meilleure partie d’un logotype fort est qu’il peut être utilisé de nombreuses façons différentes, tout en conservant son intégrité, et c’est pourquoi je suis ravie de t’aider à en créer un !

Mais d’abord qu’est réellement un logotype ?

Un logotype, c’est ?

C’est le centre de ton image, à partir duquel tes utilisateurs te reconnaissent et t’identifient.

Celui-ci vient d’un travail de compréhension de ton entreprise. Il véhicule tes valeurs, ton histoire, ta culture, … Il est donc nécessaire de le réfléchir.

C’est ce qui vient en premier dans un logo, au-delà de son aspect visuel, c’est sa symbolique. C’est ce que les gens vont comprendre de ton entreprise.

Et cette symbolique est mise en place par plusieurs outils : la typographie, les couleurs, et le dessin.

Logo Paris tourisme @grapheine

 

Par exemple, pour le logo de l’office de tourisme de Paris on y retrouve trois éléments : Paris (la ville) + la tour Eiffel dans le “A”, éléments architecturaux qui symbolisent Paris + le “i” transformer pour faire un “i” d’information, donnant la mission de l’office.

La typographie de ton logo va en dire beaucoup sur ton entreprise. Parfois elle va être ton logo, sans rien d’autre. La police utilisée pour le logotype doit donc être adaptée à son objectif et transmettre le ton et l’ambiance appropriés pour ton entreprise.

Ici on retrouve une typographie linéale, très minimal afin de mettre doucement en avant la symbolique incontournable, mais aussi pour rappeler une sorte de skyline de Paris avec sa tour Eiffel dépassant.

Les couleurs sont très importantes pour ta marque car elles peuvent faire ou défaire votre design. Les couleurs véhiculent un message. Du vert pour l’environnement, du bleu pour l’intelligence, du doré pour le luxe, … C’est en choisissant une ou plusieurs couleurs que l’on nuance le message transmis par le logo.

Le logotype est souvent accompagné d’une image symbole aussi. Elle vient surligner, mettre en avant la symbolique et le propos de ton logotype. Qu’elle soit stylisée, détaillée ou bien englobante, elle apporte une cohérence et un soutien aux éléments précédents.

Une fois tous ces choix réalisés, on passe à la charte graphique.

 

 

Pourquoi avoir une charte graphique ?

Une charte graphique c’est l’ensemble des éléments qui définissent ton identité graphique.

Elle tourne principalement autour du logo, mais que !

D’abord on y trouve le logotype, les couleurs utilisées et typographies qui accompagneront le logotype dans son utilisation.

Mais aussi la manière d’utiliser ces éléments. Si on a la possibilité de les utiliser un par un, ou tous ensemble, la taille minimum que l’on doit imposer au logo, comme les mettre sur des fonds colorés pour qu’il soit lisible, etc.

On trouve aussi les variations du logo : parfois il est trop détaillé pour des petits supports ou ne rentre pas pour une photo de profil sur un réseau social. Il est donc nécessaire de lui décliner des variations : sans le dessin, juste avec la typographie, ou bien l’inverse. Le logotype doit pouvoir s’adapter à tous les supports.

C’est dans le manuel d’utilisation de ton logotype.

Mais on retrouve aussi tous les éléments qui l’entourent.

C’est-à-dire par exemple les motifs ou illustration que tu peux utiliser sur tes supports. Les motifs sont intéressants pour garder la cohérence de l’identité de marque et pour habiller tes supports de communication. Ils peuvent aussi être utilisés pour tes posts ou stories Instagram par exemple.

Quel genre de photographie tu peux choisir. Si tu utilises tout le temps de la couleur ou d’u noir et blanc par exemple.

Comment placer ton logo sur un papier à en-tête ? En signature de mail ? Comment décliner sur tes différents supports éditoriaux pour créer une image de marque ?

La charte graphique est ton guide pour décliner ton identité sur tous les supports de ton choix, elle vient créer une cohérence dans ta communication qui permet à tes utilisateurs de te reconnaître, quel que soit ton moyen de communiquer.

 

 

Combien coûte un logo et pourquoi ?

Si tu souhaites créer un logo ou envisage une refonte, tu dois d’abord réfléchir et réunir quelques informations avec de contacter un graphiste.

 

Faut-il casser sa tirelire pour faire un logo ?

 

Il est nécessaire de bien établir plusieurs questions afin de déterminer le message que tu souhaites faire passer dans ton logo :

  • Qui est ton client / visiteur, ta cible ?
  • Quel est le service que tu proposes ?
  • Quelles valeurs transmets-tu ?
  • Quels sont tes supports de communication (web, imprimés, signalétique, goodies, …) ?

Grâce à ses éléments de départ, le logotype peut commencer à prendre forme.

Lors du premier entretien ensemble, je te poserai ces questions, mais aussi quelles sont tes inspirations, des identités ou concept qui te séduisent ou t’ont marqué. Ces éléments me guideront dans le développement du logotype afin de mieux comprendre tes attentes.

À partir de cela, je me mets à dessiner plusieurs idées de logo, avec des concepts différents mais répondant aux idéaux de ton entreprise. J’en choisis 3-4 que je réalise entièrement puis te les propose. Il est temps pour toi de choisir ton logotype, bien sûr selon tes goûts, mais avant tout celui qui répond aux mieux à l’image, aux valeurs et à ta cible. Ton entreprise passe avant tes choix personnels.

À partir de ton choix, je fais les dernières modifications et je finis l’intégralité de la charte graphique. Et te voilà en possession de ton identité graphique.

Ce type de prestation peut avoir un coût lors du lancement de ton activité, mais cela est non négligeable à côté des retours que cela va te générer.

En effet, être impactant et cohérent permettra au visiteur ou local de te reconnaître facilement et transportera plus efficacement tes propos ou évènement.

De plus disposer d’une charte graphique claire te permet de décliner plus facilement tout support de ton choix et cela quel que soit le prestataire que tu prendras.

 

 

Et plus en détail ?

Si tu es encore en train de lire cet article, cela veut dire que tu comprends l’importance d’un logo et tu souhaites sûrement en réaliser un.

Mais comment savoir combien cela peut coûter ? De 35$ pour la virgule de Nike faite par un stagiaire à 2,4 millions d’euros pour le logo de l’ANPE. À quoi vraiment s’attendre alors ?

D’abord il faut savoir ce que va comprendre le prix total de cette démarche :

  • Le temps de brief, de l’établissement du cahier des charges et des recherches préalables
  • Le temps de création : le temps passé à créer les propositions graphiques en suivant le cahier des charges, présenter les logos, les corrections apportées et l’établissement de la charte graphique.
  • La cessation des droits d’auteur

Du coup, pas de surprise. Le coût de création de votre logo est déterminé par le temps de travail, qui est donc le tarif journalier du graphiste (déterminé par la notoriété, les compétences et l’expérience) multiplié par le nombre de jours, plus la cessation des droits d’auteur.

Il faut savoir qu’en moyenne le taux journalier d’un graphiste est de 300-400€. Selon la complexité du brief et les retours, le travail peut prendre 2 à 7 jours.

 

 

Il important d’établir un bon logotype, et cela dès le début. Il est nécessaire d’établir une charte de tous les supports afin de créer une cohérence qui vous fera connaître et reconnaître auprès des utilisateurs.

C’est l’union de tous ces éléments qui va créer votre univers.

 

——————

☞ Mon article t’as convaincu ? Et tu as une idée mais pas de graphiste ? Rencontrons-nous et ensemble, donnons vie à votre projet.

Carte touristique

2022

Carte touristique

Carte réalisée dans le respect de la charte graphique établie précédemment.

Création d’une carte plus visuelle grâce aux illustrations des sites principaux. Pour l’occasion, de nouvelles illustrations réalisées.

Au verso, mise en place d’une carte de Dax, illustrée, avec les principaux circuits à pieds ou à vélo pour le tourisme.

Édition, illustration.

Map produced in compliance with the graphic charter established previously.

Creation of a more visual map thanks to the illustrations of the main sites. For the occasion, new illustrations made.

On the back, installation of a map of Dax, illustrated, with the main circuits on foot or by bicycle for tourism.

Editing, illustration.

Agenda des activités

2022

L’agenda des activités, ou comment créer une édition mensuelle pour transmettre le dynamisme d’un territoire.

The activities diary, or how to create a monthly edition to transmit the dynamism of a territory.

Exit2
Exit

Édition mensuelle, bi-couleurs pour réduire les frais d’impression, donnant à voir le dynamisme d’un territoire.

Édition, illustration, PAO.

Monthly edition, bi-color to reduce printing costs, showing the dynamism of a territory.

Editing, illustration, DTP.

 

Jeu de piste

2017 – 2022

Aide can fidèle à trouver ses compagnons. Ou comment créer un jeu de piste pour enfants afin de traduire un territoire par le graphisme.

 

Or how to create a treasure hunt for children in order to translate a territory through graphics.

 

Création d’un livret jeu de piste disponible pour les enfants à l’Office de Tourisme du Grand Dax afin de leur faire découvrir l’histoire et la culture du territoire en suivant le chien « Can Fidèu », extrait de la légende du thermalisme de Dax.

Une bichromie pour rappeler le bleu de l’Adour, et l’or de l’Art Déco, le tout colorant le chien et ses amis personnifiés.

Édition, illustration.

Creation of a treasure hunt booklet available for children at the Grand Dax Tourist Office to help them discover the history and culture of the territory by following the dog « Can Fidèu », taken from the legend of hydrotherapy in Dax.

A duotone to recall the blue of the Adour, and the gold of Art Deco, all coloring the dog and his personified friends.

Editing, illustration.

Garçon, la note ! 2022

2022

Garçon la note ! ou comment réaliser la communication d’un festival qui dure 3 mois

Boy note it! or how to carry out the communication of a festival which lasts 3 months

Festival de 33 concerts, repartis sur 3 mois sur Dax, Garçon la note est un festival atypique.

Un concert, un soir, dans un bar différent.

Seule contrainte graphique : les couleurs magenta et jaune qui sont là depuis la première édition. Elles sont un moyen de reconnaissance du festival.

Réalisation de l’illustration d’un garçon de café, dans le style Art Déco.

Évènement.



Festival of 33 concerts, spread over 3 months in Dax, Garçon la note is an atypical festival.

A concert, one evening, in a different bar.

The only graphic constraint: the magenta and yellow colors that have been there since the first edition. They are a way of recognizing the festival.

Realization of the illustration of a waiter, in the Art Deco style.

Event.

Dax, faites une cure de sud-ouest

2022

L’office de tourisme, ou comment créer une identité de marque pour la boutique

The tourist office, or how to create a brand identity for the shop

L’office de tourisme a décidé de créer une marque spécialement pour sa boutique. Lui permettant ainsi de créer des goodies à vendre dans leur boutique.

À travers l’identité déjà déclinée sur les autres supports, je suis venu créer un logo marque dans le même esprit que la charte de l’Office du tourisme de Dax.

Les typographies, couleurs et illustrations sont déjà présentes dans la communication de l’office. Mais ici, ils ont pour but de donner à voir le territoire, d’être un ambassadeur de la ville.

Les goodies ont pour cible les touristes, curistes mais aussi locaux.

Branding.



The tourist office decided to create a brand especially for its shop. Allowing him to create goodies to sell in their shop.

Through the identity already available on other media, I came to create a brand logo in the same spirit as the charter of the Dax Tourist Office.

The typography, colors and illustrations are already present in the Office’s communication. But here, they aim to show the territory, to be an ambassador for the city.

The goodies target tourists, curists but also locals.

Branding.

Préparer votre cure

2022

Le guide pour préparer sa cure, ou comment créer un guide d’hébergement recensant toutes les possibilités.

The guide to preparing for your cure, or how to create an accommodation guide listing all the possibilities.

Le guide thermal évolue encore une fois, en devenant principalement un guide d’hébergement. On y retrouve tous les hébergements partenaires à l’office de tourisme, classé selon leur type.

Le format change encore une fois, il a donc été nécessaire de refaire une mise en page, le tout en respectant la charte éditoriale.

Édition, illustration, PAO.

The thermal guide evolves once again, becoming mainly an accommodation guide. You can find all the partner accommodation at the tourist office, classified according to their type.

The format changes once again, so it was necessary to redo a layout, while respecting the editorial charter.

Editing, illustration, DTP.

Le guide de votre destination 2021

2021

Le guide de votre destination, où comment informer sur un territoire intercommunal

The guide to your destination, or how to inform on an intermunicipal territory

Cette fois c’est au tour du guide destination de s’ancrer totalement dans la charte graphique établie.

Pour l’occasion, de nouvelles illustrations pour donner à voir le territoire intercommunal.

Édition, illustration, branding.

This time it is the turn of the destination guide to anchor itself completely in the established graphic charter.

For the occasion, new illustrations to show the intermunicipal territory.

Editing, illustration, branding.

Le guide 2021 de votre cure thermale

2021

Le guide de votre cure thermale, où comment informer le curiste sur une destination thermale comme Dax

The guide to your stay, or how to inform the curist about a spa destination like Dax

L’évolution du guide évolue encore une fois. De trois formats, nous revenons à un seul, avec des onglets afin de différencier les différentes thématiques.

Pour l’occasion, de nouvelles illustrations pour donner à voir la station thermale.

Petit à petit, je viens harmoniser les éditions avec la charte graphique établie.

Édition, illustration, branding.

The evolution of the guide is evolving once again. From three formats, we come back to one, with tabs to differentiate the different themes.

For the occasion, new illustrations to show the spa.

Little by little, I come to harmonize the editions with the established graphic charter.

Editing, illustration, branding.

Soigner sa communication : qu’est-ce que l’identité visuelle d’un territoire ?

Article n°10, août 2022

Soigner sa communication : qu’est-ce que l’identité visuelle d’un territoire ?

Une identité visuelle est un ensemble d’images, de couleurs, de polices et d’autres éléments qui attirent l’attention du public sur ton territoire. C’est un outil important à des fins de communication et de marketing.

L’identité visuelle d’un territoire doit être en cohérence avec son image mais aussi adaptable afin de répondre à des besoins variés (campagnes publicitaires, événementiels, éditions, réseaux sociaux, …).

Le défi le plus important pour les entreprises du tourisme est donc d’identifier ce que représente leur territoire avant de prendre toute décision concernant son identité visuelle.

 

L’identité visuelle d’un territoire, commençons par les bases

L’identité visuelle est la manière dont une marque exprime sa personnalité, ses valeurs, sa crédibilité et sa réputation. C’est aussi un outil pour renforcer le capital de la marque.

Si tu souhaites créer une identité visuelle qui fonctionne pour ton territoire (ou ta ville), tu dois choisir l’une de ces trois approches suivantes :

  • Une approche stylisée : ce choix consiste à construire une identité à partir de schémas existants qui ont été utilisés par d’autres territoires (villes) et entreprises dans le passé. Cette option peut t’aider à établir ta crédibilité, mais elle ne te permettra pas de te distinguer des autres.
  • Une approche symbolique : ce choix consiste à créer des symboles aux significations spécifiques liées au territoire (ville) lui-même ou à son histoire. Cette option te permet de donner un sens, à ce qu’il représente à travers des symboles, ce qui peut aider à renforcer la crédibilité.
  • Une approche émotionnelle : ce choix consiste à exprimer ce que les gens ressentent vis-à-vis de leurs territoires (villes). L’idée ici n’est pas simplement de communiquer des faits sur l’endroit où vit quelqu’un ; il s’agit plutôt de capturer des réponses émotionnelles à travers des images ou des mots conçus spécifiquement pour eux, tels que « maison », « communauté », ou encore “culture”.

 

 

Comment mettre en place une identité visuelle ?

Tu sais maintenant ce qu’est une identité visuelle, mais comment en créer une ?

Il est important de comprendre l’ADN de ta marque, car cela t’aideras à identifier ses principales caractéristiques.

Afin de construire une identité visuelle significative, il est important d’abord d’identifier l’ADN de ta marque. Quelle est sa personnalité ? Quelle est sa mission ? Quelle est sa vision ? Quelles sont ses valeurs ? Comment définirais-tu ces termes pour votre entreprise : qu’est-ce qui est important et pourquoi ? 

Ces caractéristiques peuvent se résumer en un mot ou une phrase : par exemple, tu es l’office de tourisme Les Mont de Guéret qui met en avant ses chemins de balade, il a choisi “c’est vrai, ici on a pas de route !”. Cela démontre un certain humour sur la ruralité de cette région, mais qui met en avant aussi son point fort : les balades en pleine forêt.

Tu dois ensuite définir ton public cible.

Par exemple, si nous revenons sur notre exemple des Monts de Guéret, ci-dessus, cela serait principalement des randonneurs, en famille ou retraités, venu là pour du loisirs de marche et de découverte de nature.

Avec ces deux éléments à l’esprit – le public cible et l’ADN du slogan/de la marque – tu peux créer une identité visuelle qui est cohérente avec les deux critères et résonne avec les consommateurs à tous les niveaux de communication.

 

Pourquoi un territoire a besoin de communication visuelle ?

L’objectif principal est de donner à chaque territoire une identité visuelle qui reflète le caractère unique et la personnalité de cette région.

À travers une bonne communication globale, ton territoire va avancer de deux points.

Premièrement, les visiteurs vont rapidement comprendre, grâce à une identité déclinée sur tous tes supports, quelles sont les informations qui te sont propres.

Dans un office de tourisme, il y a beaucoup d’informations à l’œil et à saisir. Entre les brochures des partenaires, la boutique, etc, le visiteur peut être perdu. Mais grâce à une communication évidente, son œil saura trouver les informations officielles et donc de qualité, sortant des petites mains des conseillers de séjour.

Cette identité est un gage de crédibilité dans l’information trouvée.

Deuxièmement, en dépassant le stade de la reconnaissance visuelle, et en la développant hors de ton territoire, tu vas réussir à y faire venir des gens qui ne vont pas forcément venir en office de tourisme.

Car il faut savoir qu’une personne sur trois passe les portes des offices de tourisme, il faut donc se demander où sont présents les touristes ? L’identité visuelle permet d’attirer les touristes sur ta destination, de plus si les outils de communications sont bien réfléchit selon ton type de cible, ils permettent d’améliorer d’optimiser l’expérience du visiteur.

Par exemple en disposant un van ré-aménagé aux couleurs de l’office, tu crées un nouveau point d’action facilement identifiable. De même avec une carte XXL reprenant par exemple les illustrations présentes dans ta communication. Celle-ci peut se trouver en office de tourisme pour valoriser et expliquer le territoire ; mais elle peut aussi se retrouver chez les partenaires.

Ainsi, plus besoin de l’y amener, tes supports de communication pourront se retrouver dans d’autres lieux, mais atteignent quand même le visiteur. Car il reconnaît et sait d’où vient ce support.

En bref, une bonne communication est ce qui renseigne et fait venir des visiteurs sur ton territoire, le tout grâce à une identité stable et pérenne que le client identifie facilement et régulièrement. Le but d’une bonne identité est de positionner l’office de tourisme comme le référent en informations du territoire, dans comme hors de ses murs.

Se lancer en freelance, ou comment je reviens sur plus d’un an d’aventures

Article n°9, août 2022

Se lancer en freelance, ou comment je reviens sur plus d’un an d’aventures

Cela fait un peu plus d’un an que je me suis lancée officiellement (sur le papier) en freelance, mais seulement 7 mois en réalité.

Après ces quelques aventures, il m’a semblé intéressant de te partager mon retour, mes expériences, et les choses qu’il faut ou ne faut pas faire, comme je l’ai fait.

Certains déjà lancés s’y retrouveront, pour ceux qui y réfléchissent, cela aidera peut-être.

Je me rappelle pour ma part, j’ai eu beaucoup de mal à trouver des infos concrètes qui pouvaient m’aider, donc j’espère peut-être en apporter !

 

 

L’idée du freelancing

L’idée de freelance m’est venue principalement parce que je savais que j’allais déménager (pour suivre mon compagnon) et donc finir de travailler là où j’étais en CDD.

Quand on arrive dans une nouvelle ville, c’est parfois difficile de se trouver un travail, surtout quand tu ne déménages pas à Paris !

J’ai donc pensé au freelancing comme bonne alternative. Cependant, en me renseignant, j’avais aussi trouvé comme possibilité le partage salarial.

Cependant, sans freelance possédant l’un ou l’autre statut dans mes connaissances, j’ai eu du mal à m’y retrouver.

Je me dis maintenant, qu’il aurait suffit que je prenne mon courage à deux mains et contacte quelques freelances sur Linkedin afin d’avoir leurs avis. Cela m’aurait facilité la tâche !

Maintenant je sais qu’une vraie communauté d’entraide existe, et qu’il est toujours possible d’entrer en contact avec des seniors freelances pour poser des questions, échanger, mais surtout réseauter !

 

 

Se renseigner

Me voilà donc dans une impasse.

J’ai donc continué de silloner internet, car je ne voulais pas m’inscrire sans connaître un minimum de jargon administratif (le truc qui me fait friser les cheveux !), je tombais sur quantité d’articles succints sur “comment se lancer”, mais sans jamais vraiment rentrer dans les détails.

Et puis un jour, je suis tombé sur ma bible administrative du freelance ! (C’est principalement ce qui m’a permis de choisir ce statut, et non le partage salarial, qui peut avoir aussi certains avantages : stabilité, crédibilité, …)

Fallait pas chercher loin, intitulé “profession graphiste indépendant” (je ne suis en aucun cas sponsorisée pour te faire acheter ce livre !). Pour ma part, c’était la version 2019, qui datait un peu, mais depuis ils ont sorti la 2021 qui doit bien être à jour.

Donc là dedans, je trouve touuuuuuut ce qu’il me faut. Quel régime choisir, avec ou sans TVA, les versements libératoires, les démarches administratives, le droit d’auteur, la facturation, …

Bref, une bible qui te suit pas à pas.

J’ai donc décidé de partir en régime micro (ou micro-entreprenariat), sans TVA. Là dessus, le livre te guide pas à pas dans ta création du statut, te dis les bons gestes et comment ne pas te faire spammer par courrier.

En 10 min c’était fait, et j’étais sereine.

 

 

Le lancement

Donc mon lancement se passe tranquillement.

Je sais aussi (toujours à cause de the bible), que je peux accéder à une aide, l’ACRE pendant un an, me permettant d’avoir des charges réduites. Génial !

Sauf que voilà, ne fais pas la même bêtise que moi.

C’est-à-dire créer ton entreprise quand tu ne vas pas travailler dessus.

J’explique : je l’ai créée en mai, alors que je n’ai commencé à travailler vraiment en freelance que en janvier. Résultat, pendant des mois j’ai déclaré 0€ de C.A et eu un ACRE pour rien, et puis il ne me restait que 5 mois en charges réduites (janvier à mai).

Résultat : alors que j’étais en plein lancement (réelle) depuis janvier, j’arrive en mai où je commence à peine à avoir des revenus réguliers, et là, BAM, c’est le drame, les charges reviennent à leur taux normal, et ça fait mal au C** !

 

 

S’accompagner

Même après mon lancement, j’ai continué à me renseigner sur le freelancing.

C’est comme cela que j’ai commencé à m’inscrire à quelques newsletters tenues par des freelanceurs partageants leurs expériences.

Cela m’a rapidement permis de comprendre les mécanismes de départ, de recevoir des conseils, et de commencer à faire mon positionnement clientèle afin de me démarquer.

Voici quelques exemples de newsletters (qui ont pour la plupart des podcasts si tu as l’habitude d’avoir une boîte de réception qui s’accumulent jusqu’aux 99+ de mails) :

  • Tribu Indé : centré sur les indépendants, Alexis t’accompagne en te partageant l’expérience d’autres freelances, de tous milieux, et en te donnant plein de petits conseils qui sont énormément utiles. Il a aussi sorti un livre que je recommande vraiment.
  • The B Boost : plus technique, Aline te coach pour développer ton business, le tout dans la bonne humeur.
  • La Cohorte : Marine vient t’apporter pleins de petites pépites pour t’aider à te développer, toi et ton entreprise, dans une niouniouse toujours joyeuse. Elle partage aussi sa propre expérience, ses échecs et réussites.
  • Shine : (oui je sais c’est une banque, surtout pour freelance, je n’y suis pas perso, mais elle fait beaucoup de choses dont des conférences, newsletter, rencontres de freelances, … qui sont super intéressantes), donc Virgile vient te partager des infos plus administratives principalement, pour t’aider à ne pas rater les petits sujets qui peuvent te coûter cher côté URSSAF, impôts et changement de loi, mais aussi des sujets plus légers.

Je t’ai sortie mes quatre préférées-super-utiles newsletters, mais j’en reçois d’autres, à toi de voir sur quoi tu veux t’informer.

Car il est super important de se tenir informé des nouveautés, surtout côté administratif.

Mais à côté de cela, je te conseille de consacrer 1 à 3h au moins en veille dans ta semaine. Tu peux faire 10min par matin, si tu arrives facilement à décrocher du scrollage d’écran. Sinon tout le vendredi après-midi, car c’est bien connu, on est jamais très productif cette journée là !

 

 

Le début de l’aventure

Donc me voilà lancée depuis quelques temps, même si je me considère encore comme une junior en freelancing, je voulais partager ces quelques astuces.

N’hésites pas à me faire des retours si ces astuces ont pu t’aider, ou si tu as d’autres astuces à partager !

*Etude de cas : Office de tourisme de Dax, ou comment créer et uniformiser l’identité d’un territoire

Article n°8, juillet 2022

Etude de cas : Office de tourisme de Dax, ou comment créer et uniformiser l’identité d’un territoire

L’Office de tourisme et de thermalisme du Grand Dax est une plaque tournante de l’information touristique dans les Landes. 

Sa particularité est dans ses visiteurs : à la fois du tourisme classique, mais aussi des curistes venus en cure dans l’une des première station thermale de France grâce à non pas un, ni deux, mais 15 établissements thermaux ! 

Avec près de 70 000 curistes tous les ans, des personnes restant 3 semaines sur le territoire, la communication de celui-ci est importante.

Comment donc communiquer et proposer à un curiste-touriste, d’une moyenne d’âge de 50-70 ans, des supports clairs et attractifs afin de faire découvrir un territoire identitaire ?

Cependant cette cible n’aime pas être traitée comme des personnes âgées (et on peut la comprendre !), il a donc fallu dans un premier temps créer une identité globale pour l’office de tourisme, et ensuite la décliner sur l’ensemble des supports de communication, le tout en pensant au virage numérique.

 

 

 

 

La mise en place de la charte

L’approche à donc été de moderniser l’identité de l’Office, en introduisant de l’illustration pour représenter les monuments du territoire, créant de la couleur et des motifs en relation avec l’histoire et la culture. 

Un dessin plat, sans perspective, comme ceux présents dans l’hôtel emblématique Le Splendid à Dax, réalisé pendant la période Art Déco.

 

 

Le parti pris à été de différencier légèrement l’identité, selon la cible en face : le curiste ou le touriste. 

Nous avons donc choisi deux typographies, une touristique et une thermale, avec une typo de labeur commune pour les réunir.

 

 

 

 

Il en a été de même pour les couleurs, deux communes et deux déclinées pour le pôle. Cela permet de garder une cohérence visuelle dans l’ensemble de la communication, tout en créant des variations afin de s’adapter au discours.

 

 

 

 

En complément du logotype, il est parfois possible d’avoir un accompagnement graphique qui va faire vivre la charte.

Encore une fois, un pôle, un motif.

Pour le tourisme, ce motif a plusieurs inspirations qui ne sont pas sans rappeler Dax, sa culture et son histoire. On peut y voir les arènes vue du ciel, le travail de mosaïque des romains à la fois dans l’art et les remparts, et enfin une pure inspiration des bas-reliefs de l’atrium. 

Pour le thermalisme, la signification est bien moins complexe. Des vagues pour l’Adour, l’eau dans les thermes et dans toutes les fontaines présentes à Dax.  Il semblait aussi important de retrouver cette vague déjà présente sur plusieurs supports de communication, afin de garder et faire évoluer  doucement l’identité et la cohérence graphique de l’Office du Tourisme du Grand Dax.

 

 

 

À partir de là, les déclinaisons commencent : courriers, enveloppes, bloc-notes, cartes de correspondances, cartes de visite, … Les éléments se déclinent pour tous les supports et pour toutes les cibles.

 

 

 

Résultats

Grâce à la charte établie, l’uniformisation de la communication a pu se faire, petit à petit, au rythme des sorties des éditions (mensuelles ou annuelles). 

Cela a permis, dans les supports de présentations de l’Office, de mettre en avant une gamme d’éditions d’informations pour le curiste-touriste. Ce dernier sait maintenant si le document appartient à l’Office ou non, et quel genre d’informations il va y trouver.

Les retours ont été très enthousiastes, le touriste aime voyager à travers les illustrations colorées et le curiste sent que la communication fait plus “jeune”, ils aiment ne plus voir de personnes âgées en photo.

 

 

 

La suite 

Grâce à une communication tournée vers l’illustration, l’Office de tourisme à pu se tourner vers la création de goodies, mettant en avant le territoire et ouvrant ainsi une boutique dans l’établissement. 

Cela permet de créer une empreinte matérielle, un souvenir à ramener chez soi, qui devient un objet ambassadeur du territoire.

 

 

Demande de devis

Vous vous demandez peut-être combien coûte un projet de conception graphique ou combien facture un graphiste indépendant pour un certain projet. Obtenez un devis gratuit pour votre projet de conception graphique ci-dessous.

Répondez aux questions suivantes et je vous recontacterai avec un devis estimatif des coûts de votre projet de conception.


    Gazette du corona

    Article n°7, avril 2022

    Étude de cas : la gazette du coronavirus, ou comment imaginer sortir du confinement informer facilement

    Je publie ici un travail écrit et réalisé lors du premier confinement, en 2020. Rappelle-toi la situation, tu ne savais pas ce qui se passait, tu en avais marre de tourner en rond chez toi, et de voir Macron tous les jours aux infos. Dans cet environnement-là, ce que tu souhaitais c’était l’arrivée du déconfinement ! Mais tu ne savais pas concrètement comment ça allait se passer…

    À cette époque, lors d’un workshop, nous nous sommes penchés sur la question et y avons apporté notre réponse.

     

    Retour sur la situation

    Notre projet s’articule autour de la crise du Covid-19 qui a débuté en décembre 2019 en Chine dans la province de Wuhan et qui à atteint le reste du monde dans les mois suivants. En France, l’état d’urgence sanitaire a été décrété en mars 2020 et le confinement total de la population le 15 du même mois.

    Après deux mois de confinement, il a été décrété qu’un déconfinement serait autorisé le 11 mai 2020. Dans le cadre d’un retour à des activités quasiment normales de la population, il est important de présenter à l’ensemble de la population française les bons gestes pour ne pas faire repartir l’épidémie.

    Nous avons donc préparé une solution co-design, qui réunit les apports de nos matières de prédilection sur un sujet d’actualité important.

    Nous avons travaillé à la construction du projet et fais une session d’idéation pour pouvoir cibler au mieux notre problématique. Il fallait que le projet soit en harmonie avec les thèmes qui sont abordés, à savoir le développement des infox, les sources des médias, le gouvernement et la confiance qu’ont les français en ce qui leur est soumis en termes d’informations.

    Grâce à ce diagramme nous avons pu déterminer quels étaient les axes qui s’articulent autour de notre thème central. Nous avons ainsi pu effectuer un ciblage efficace pour retravailler notre problématique.

     

    Le cadre

    Comment pouvons-nous faciliter le suivi de l’état sanitaire de la population pour accompagner le déconfinement sans atteinte à la protection des données personnelles ?

    Le but serait de se concentrer sur un seul thème, une aide à la population pour informer sur les étapes, les mesures, ce qu’il faut faire et ne pas faire et ce que cela implique pour la vie de tous les jours. On pourrait regrouper des conseils, des gestes et de nouvelles habitudes à prendre pour pouvoir se déconfiner de manière optimale.

     

    Le problème à résoudre

    Comment informer et accompagner la population pour limiter les risques et impacts du déconfinement ?

    Le déconfinement est un sujet d’actualité qui se porte sur plusieurs thèmes. Cela englobe des thématiques sociales, environnementales, de santé publiques, économiques, de sûreté civile, politique et encore bien d’autres. L’essentiel est de réussir à limiter les nouvelles infections et permettre au pays de reprendre une vie civile et économique normale dans une certaine mesure. Le principal danger viendrait essentiellement de la mise en contact de plusieurs personnes non-testées et infectées qui pourraient faire repartir l’épidémie. Des mesures sont donc nécessaires et essentielles pour assurer la sécurité de tous.

    Actuellement, nous pouvons déplorer plusieurs problèmes quant à la gestion de la crise mais nous allons essentiellement nous concentrer sur la partie information et communication. Être au courant des bons gestes et comment les appliquer nous semble être la base d’un retour à la vie normale. La connaissance et l’éducation sont les deux piliers d’une société qui sait comment se comporter en temps de crise. Il n’y a pas d’exemple de gestion d’épidémie mondiale, le monde entre 1918 et la Grippe Espagnole et le COVID-19 aujourd’hui est bien différent et il n’y a pas eu d’apprentissage ou d’enseignement à tirer de cette crise majeure du 20e siècle. Nous devons donc compter sur des personnes qui ont des idées, qui ont des connaissances et qui ont l’envie de mettre leur cerveau à profit d’une crise mondiale.

    À l’échelle de la France, les informations que nous recevons sont souvent contradictoires, appliquées à certains endroits et leur respect est donc mis en péril. Il faut donc avoir des informations de sources sûres, fiables et qui nous donnent les bons gestes.

    Il y a donc des questions à se poser pour ce déconfinement : qu’est-ce que cela va changer pour moi ? Où puis-je aller ? Qu’est-ce qui reste fermé ? Y-a-t’il toujours le couvre-feu ? Puis-je aller voir mes proches ? Et bien d’autres questions encore.

    Risques et impacts du déconfinement

    • Remontée de l’épidémie
    • Infox
    • Changement des mœurs dans les lieux publics
    • Contravention (car pas d’informations à jours)

     

    Parties prenantes

    Avec ce radar des parties prenantes, nous avons pu identifier efficacement à qui nous voulions adresser notre solution et aussi qui étaient les personnes ou clusters qui intervenaient dans notre réflexion. Il a fallu ensuite définir des personas afin d’établir avec plus de précision quels seraient les utilisateurs cibles de notre solution. Il y en a donc eu 3 préparés et établis sur 3 profils différents.

     

    Personas

    Ces trois profils se reposent sur des caractéristiques intrinsèques à cette typologie d’utilisateur. Nous avons donc un jeune homme proche de la technologie qui s’informe avec diverses sources, une jeune femme qui a aussi des composantes digitales mais pour qui l’accès à l’information est différente, notamment par son utilisation des réseaux sociaux. Et une personne plus âgée, qui n’a pas d’accès internet et qui se sert donc de la TV ou de la presse papier. Grâce à ces profils, nous avons pu établir une série de fonctionnalités et de « key points » pour la solution.

     

    Idéation

    Création d’un canal d’information cross-média, sous délégation de l’état français. Une sorte de petit journal du Corona.

    On y trouve des actualités, un agenda des dates officielles, les informations en temps réel et par localisation. Diffusé sur tous les réseaux sociaux mais aussi dans la presse écrite : tous les jours, un pdf serait téléchargeable, permettant aux journaux régionaux de relayer l’information (comme sont faites les attestations). Ce PDF peut aussi être utilisé pour les particuliers souhaitant s’informer ou informer leur entourage (un boulanger qui l’affiche tous les jours, un habitant l’imprimant et l’affichant dans l’entrée de sa résidence, …).

    Démarche

    Pour notre projet nous avons donc pu effectuer certains tests auprès des utilisateurs avec nos prototypes. Ci-dessous vous retrouverez donc les questions du test sur desktop et les retours.

     

    Questions utilisateurs

    Desktop

    • En un coup d’œil, comprenez-vous l’objectif de ce site ?
    • L’interface est-elle facile de compréhension ?
    • Comprenez-vous les chemins qui peuvent être derrière le clic de tel ou tel bouton ?
    • Les informations vous semblent-elles pertinentes ? En manque-t-il ?
    • Pensez-vous que cette interface vous permet d’accéder plus rapidement à des informations qui vous sont propres ?
    • Ressenti ? Fonctionnement ? Retour d’utilisation ?
    • D’autres commentaires ? Que pourrait-on apporter en plus ? Améliorer ?

    Nous avons aussi développé un prototype mobile et fait les mêmes tests utilisateurs.

    L’important dans les questions était de pouvoir faire en sorte que les testeurs puissent s’exprimer sur les nombreuses facettes de nos prototypes. Avec la possibilité de donner leurs impressions. Grâce à ces questions nous avons eu des “pain-points” qui ressortent et des éléments à modifier pour faciliter leur navigation ainsi que la recherche de l’information qu’ils souhaitaient.

     

    Résultats

    Comme on peut l’observer, les tests ont été très importants pour le développement de notre travail. Grâce à eux, les designers ont pu retravailler le concept sur les points de frictions identifiés.

    On a pu voir que les questions d’identité graphique sur laquelle, nous designers étions frileux, n’ont pas dérangé les utilisateurs. Ils ont facilement identifié la chose comme appartenant à l’État, les couleurs et même la typographie leur ont semblé crédibles, rassurantes et dans l’esprit des communiqués étatiques.

    Le retour nous a permis de confirmer que l’étape de personnalisation en page d’accueil leur était très importante, car elle permet de trouver plus rapidement une information personnelle.

    De plus, en les interrogeant, certaines idées sont apparues : la vulgarisation des édits de loi, qui ne sont pas facilement compréhensibles pour tout le monde. Le fait de pouvoir rechercher rapidement et clairement ce que l’on souhaite. Mais aussi un besoin de répéter les gestes barrières encore beaucoup de fois, même si cela semblait devenir trop redondant au bout de deux mois, les utilisateurs sont toujours rassurés de les voir apparaître. Et pleins d’autres encore…

    Notre idée principale, d’un media cross-canal sous forme de PDF téléchargeable, n’a pas bien ou pas du tout été comprise. L’utilisateur avait du mal a imaginer sous quelle forme cela se présenterait : une affiche, un document simple comme les attestations, ou bien cela serait mis à jour régulièrement afin de prendre en compte les actualités ? Ou encore, serait-ce sous différents PDF à télécharger ? Et bien sûr, on y retrouve les chiffres de l’avancement du virus, l’état des départements, les gestes barrière, etc.

    Il a donc été nécessaire de revoir le moyen de présentation, la manière dont l’utilisateur allait se servir de cette version et pourquoi. Nous y avons donc apporté une réponse qui est de pousser l’utilisateur à devenir curieux et être ambassadeur de la communication dans son entourage. Mais aussi d’identifier les différents types d’utilisateurs : les ambassadeurs, les personnes s’informant pour elles-mêmes et enfin la presse écrite. Chacun peut donc avoir une utilisation et des besoins différents. C’est pourquoi, il a fallu revoir le user-flow et donc faire des modifications.

     

    La finalité

    Quand nous avons réfléchis à cette idée de Gazette du coronavirus, nous étions encore en confinement. Deux semaines plus tard, nous sommes passés à la production, suite aux retours utilisateurs. Cependant entre-temps, le gouvernement a développé leur version de la gazette.

    Nous avons donc développé notre version, en voyant ce qu’il pouvait manquer et en revoyant l’user flow suite à plusieurs entretiens avec des utilisateurs comparant les deux versions.

    Voici donc les spécificités de notre version :

     

    L’actualité :

    Un flux constant d’actualités mis automatiquement à jour, retranscrivant les articles que l’on peut trouver dans la presse sur le coronavirus. Les sources sont sélectionnées, comme Le Monde, Libération, 20minutes, …

    Les ressources :

    Centralisation des ressources téléchargeables afin d’accéder facilement à l’information et pouvoir la transmettre. Le tout facilement identifiable et visuellement abordable.

    La personnalisation :

    On vient en général sur ce site pour trouver une information qui nous est propre, mais parfois il est difficile de la trouver dans cette grande quantité d’informations. Nous avons donc raccourci le parcours, en permettant de trouver dès la page d’accueil l’information souhaitée selon sa catégorie socio-professionnelle. De là, selon le nombre d’informations, d’autres filtres peuvent apparaître, permettant de trouver son information. Cela augmente certes le nombre de clics, mais réduit le scroll qui peut faire louper les informations recherchées.

    Résumé de la gazette du jour :

    Afin de donner accès à une majorité de personne, et ce quel que soit leur moyen, cette gazette est numérique mais se décline sur papier. Chaque jour, on retrouve un condensé de l’information téléchargeable en PDF.

    Ce PDF et la manière de le distribuer peut dépendre si on est de la presse, si c’est pour soi-même ou encore pour le faire partager.

    On y retrouve les chiffres de mortalité, d’entrées et sorties de réanimation pour l’ensemble du territoire français, ainsi que la carte de l’évolution des départements. Sont présents aussi la date, ainsi que son explication si c’est une date importante (ouverture des écoles, déconfinement, …), mais aussi un résumé des discours télévisuels du Président et Premier Ministre si ceux-ci se sont exprimés la veille.

    Dans la version de partage et pour soi-même, on peut y intégrer ou non les actualités ainsi que les gestes barrières.

    **Pour la presse : “**Nous vous invitons à utiliser ce PDF téléchargeable sous forme d’encart à insérer dans les pages de votre journal (comme le font déjà certains avec les attestations de déplacement), afin de donner à voir l’évolution et les nouveautés de l’état du COVID-19 sur le territoire français à toutes personnes ne pouvant accéder à l’information web. Certains chiffres se retrouvent dans les éditions éditoriales des chaînes de télévision française, cependant la communication papier est encore un moyen international de prévenir une bonne partie de la population française.”

    **Pour le partager ou soi-même : “**Nous vous invitons à utiliser ce PDF téléchargeable pour vous informer sur l’évolution de l’état du virus ainsi que les nouveautés, les dates clefs, et d’autres. Vous trouverez ici les nouvelles du gouvernement, sans possibilité de fake news. Ce document est édité par le gouvernement pour informer le plus grand nombre, simplement et facilement sur les nouvelles lois, les recommandations, et ainsi aider tout un chacun à vivre plus facilement cette période de crise sanitaire inédite, et vous rassurer.

    Comment vous en servir ?

    Nous vous invitons à télécharger la version qui vous convient, à l’imprimer, puis l’afficher dans un lieu public (tout en respectant la loi d’“Affichage d’opinion et à la publicité relative aux activités des associations sans but lucratif”). Cela peut donc être sur le panneau d’annonce dans le couloir d’entrée de votre résidence, à l’entrée ou sur la porte de votre commerce, dans les moyens de transports (si vous êtes une compagnie de transports), sur les panneaux d’affichage en ville ou à la campagne,… Nous vous invitons à utiliser cet outil pour communiquer auprès de votre entourage, afin de permettre à l’ensemble de la population d’accéder à l’information, indépendant de leur situation personnelle.”

    Dans l’ensemble

    Ce projet a été très intéressant pour nous, spécialement au niveau de sa problématique. Nous avons apprécié la thématique d’actualité et la possibilité de déployer une solution ouverte et qui allait dans l’expression de nos idées.

    Le déconfinement est un sujet d’actualité qui touche l’entièreté de la population française, mais aussi mondiale. De nombreuses start-up et autres sociétés ont travaillé ces derniers temps à l’élaboration de solutions pour lutter contre le covid ou encore pour améliorer justement ce retour à une vie plus normale.

    Nous croyons fermement que l’information et la communication sont les deux piliers d’une société qui sera à même de se prémunir efficacement contre un retour de l’épidémie. Il existe certes d’autres points importants comme la médecine, la prévention et les actions des pouvoirs publics qui sont là pour aider dans cette période de transition.

    La solution que nous avons imaginé est en adéquation avec nos recherches. Nous avons voulu trouver un moyen de faire passer les informations les plus justes au plus grand nombre le plus rapidement possible par le plus de canaux possibles. Nous pensons qu’avec la solution mise en oeuvre, nous avons réellement la possibilité d’être efficace sur ce terrain-là.

    Le plus intéressant a été de voir que le gouvernement a mis en place la plateforme que l’on avait commencé à imaginer. Le challenge a donc été de voir comment le gouvernement communiquait, si cela nous semblait pertinent, s’il fallait l’améliorer, ou encore mettre un coup de pied dedans et tout refaire. Il se trouve que nous avons fait les trois car il fallait modifier beaucoup d’éléments.

    Pour aller plus loin, il faudrait avoir eu le temps d’étudier sur une période donnée comment les utilisateurs trouvent ces moyens de communication et s’ils sont efficaces. Également en leur proposant de répondre à un rapide feedback sur leur utilisation.

     

    L’équipe :

    Ux design : Joachim Shiavo

    Ui design : Lucille Mongenot & Margot Bonnet

     

    Tester le prototype (Figma)

     

     

    Etude de cas : le design génératif au service de l’expression populaire

    Article n°6, juin 2020

    Étude de cas : le design génératif au service de l’expression populaire

    Je reviens ici sur mon projet de diplôme lors de mon Master Ui. J’ai toujours été passionnée par le design ou l’art génératif, et je veux donc vous partager mon projet qui est toujours en cours. Vous pouvez le tester à la fin de l’article, sur ce, bonne lecture !

     

     

    le proto :

    Le colaire :

    Machine

    Humaine

    Ce colaire est ce qui ressemble le plus à ce que l’expression protocolaire serait sous sa forme dématérialisée. Une fois le proto créé, l’utilisateur vient l’exposer où il le souhaite. Le mur blanc géant est présent, l’utilisateur peut scroller à l’infini pour choisir la place où il souhaitera déposer son proto. Une fois cela sélectionné, il peut choisir son inclinaison, un peu comme s’il le collait lui-même, sans la rigueur numérique.

    C’est ici que l’œuvre touche son but, en créant un mur géant ou des personnalités où messages peuvent se rejoindre, se contrer ou se superposer.

     

    Pour aller plus loin :

    Dans le but de retrouver l’esprit originel de l’œuvre, avant le confinement, j’ai développé un second protocole. L’utilisateur imprime son proto, et l’expose où et comment il le souhaite. Il prend ensuite une photographie qu’il m’envoie et je l’expose sur instagram. Ce réseau social au mur blanc de photo vient recréer un colaire plus libre que la machine existant actuellement, et tend vers le colaire humain, et le message de l’œuvre déconfinée.

    L’origine

    Graphiste. Logotype, affiche, édition, illustration dans le tourisme